La semaine dernière, un nouveau groupe de vie a commencé dans le 13ème.
Entretien avec Jérémie et Madeleine, co-leaders du groupe.

Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre ce groupe ?
On a répondu à une proposition d’Adrien et Eve Lise qui nous ont demandé si on voulait co-leader le groupe. Pendant un temps on voulait potentiellement quitter la région parisienne et finalement ça ne s’est pas fait. Ils sont arrivés au moment où on a décidé de rester. C’était une coïncidence intéressante. C’était aussi la suite logique du groupe de Vitry. On a voulu suivre l’impulsion, faire quelque chose de nouveau, vivre une petite aventure. On n’avait que de mauvaises raisons de ne pas le faire comme le confort et la routine. Et puis on voulait soutenir le projet d’Adrien et Eve-Lise.

Quelle est votre rôle en tant que co-leader ?
Si Adrien et Eve Lise étaient Moïse, nous on serait Aaron. On est des bons seconds. Moi (Jérémie) je suis quelqu’un de plutôt bien organisé et Madeleine est très douée dans la communication, dans les relations. Adrien et Eve-Lise s’occupent vraiment de porter la vision, de mener le truc en première ligne et nous on surveille les arrières. On aime beaucoup soutenir, prendre soin, renforcer et s’occuper de tous les petits points morts que parfois on ne voit pas dans le rétroviseur. On aime s’occuper des détails, faire le genre de choses qu’un leader n’aurait peut-être pas le temps de faire. Nous sommes un peu plus sensibles à ça.

Quelle est la particularité du groupe ?
J’imagine que c’est comme ça dans beaucoup de groupes de vie, mais voici nos 4 valeurs principales : nous désirons vivre des relations authentiques (sens de la communauté), nous voulons bénir le quartier, avoir Dieu au centre (vie de louange et de prière) et nous désirons suivre Jésus concrètement en paroles et en actes à travers le discipulat. Notre groupe de vie est évidemment ouvert à tous (jeune ou vieux, famille ou célibataire, chrétien ou non) et tout le monde est le bienvenu, mais j’imagine qu’il risque plutôt attirer des jeunes adultes (jeunes couples ou célibataires) plutôt que des familles vu que c’est ce que nous sommes en tant que responsables. On s’attend donc à y avoir surtout des “jeunes pros” comme on dit en anglais. Un des aspects que nous aimerions développer est l’action sociale. Il y a un centre de réfugiés qui vient de s’ouvrir à Ivry, pas loin du 13ème et on a un désir d’aider dans le concret. On n’a pas envie simplement de se retrouver entre nous pour être bien et cosy mais aussi de faire un peu plus de bénévolat. Une fois par mois au minimum, on aimerait bien aller au centre de réfugiés pour aider.
Nous désirons suivre Jésus avec une approche moderne et contemporaine en étant attentifs aux besoins de notre société et en scrutant l’actualité à travers les yeux de Jésus et de ce qu’il a dit et enseigné.

Vous avez eu votre première soirée jeudi dernier. Ça s’est bien passé ?
Oui, oui ! C’était en toute simplicité. On veut faire monter la température petit à petit, en crescendo. On a décidé pour les premiers mois de commencer par un repas. Dans les premières semaines, on aura des visites de personnes qui veulent voir comment c’est et un repas c’est l’occasion de les accueillir et de se mettre à l’aise. Puisque c’était la première soirée, on a expliqué les valeurs du groupe de vie. On a ensuite expliqué l’organisation du groupe et on a fini par un temps de louange et de prière. C’est vite passé. On n’attend pas une grosse explosion dès le début. On veut vivre quelque chose de très organique.

Quelles sont vos sujets de prières pour le groupe ?
L’organisation d’un nouveau groupe de maison demande de la flexibilité, de l’organisation, une certaine dose d’anticipation, parfois de pression et de stress. Ce n’est pas obligatoire mais on sait que c’est tout à fait normal. Vous pouvez prier pour ça du coup ! Que Dieu veille sur nous et nous donne par son Esprit, intelligence, amour et sagesse. On espère pouvoir être une bénédiction pour les personnes qui viendront et pour le quartier. On ne sait pas ce que Dieu va faire. Il apportera peut-être des personnes de l’immeuble, des personnes défavorisées, des personnes “très Paris-Paris”. On ne sait pas trop, mais on a vraiment envie d’être un lieu d’accueil. On tente de nouvelles choses, on expérimente et après il faudra se ré-accorder. On veut vraiment que Dieu soit au centre et que ça ne soit pas qu’une activité humaine. On peut facilement s’affairer à faire-faire-faire et oublier de passer du temps avec Dieu, en toute simplicité.

.

– Propos recueillis par Nicky Bodsworth

Nicky est administrateur de CVV. Il est marié à Gemma et aime les séries TV et la technologie.